L'ADTLB en bref...

Sur le territoire du Bessin, autour de Bayeux et des Plages du Débarquement, l'ADTLB (Association de Développement Territorial Local du Bessin) œuvre pour la valorisation du patrimoine et l'accès pour tous à la culture en milieu rural à travers notamment l'ensemble des manifestations culturelles qu'elle organise: quelque 70 manifestations chaque année!

Suivez-nous également

sur notre page facebook

Le Bessin, un pays marqué par l'histoire

Tapisserie de Bayeux
Tapisserie de Bayeux

3000 ans avant notre ère, alors que l´Egypte des Pharaons élève ses monuments les plus grandioses, notre contrée est occupée par de gigantesques forêts et de très nombreux marécages insalubres. 2000 ans avant J.C., notre sol est habité par des hommes qui abandonnent la vie errante et commencent à ouvrir des clairières. Ils entreprennent la culture du blé puis d´autres céréales et s´attachent à asservir et domestiquer des animaux sauvages. Entre le VIIe et le VIe siècle avant notre ère, ces peuples sont submergés par des flots d´immigrants venus des rivages de la Mer du Nord, au-delà du Rhin, d´origine celtique. À ces peuplades viennent s´ajouter plus tard d´autres populations venues de l´est et du nord-est de l´Europe. C´est ainsi que se forma l´homme de stature puissante, aux cheveux blonds et longues moustaches : le Gaulois. Dans La Guerre des Gaules, César mentionne l´existence de ces peuplades celtiques. Parmi elles se trouvent les Bajocasses , tribu gauloise établie sur ce qui sera plus tard le Bessin. La Gaule est définitivement conquise en 51 par César. Notre région connaît alors une longue période de paix et de prospérité.
Vers la fin du IIIe siècle, les saxons font quelques incursions sur les côtes du Bessin : Port-en-Bessin est le lieu ordinaire de leur débarquement. Des troupes romaines, placées en observation au camp d´Escures, les repoussent et protègent l´intérieur du pays. Mais les Saxons réussissent à atteindre Bayeux.
C´est avec Clovis, couronné Roi des Francs en 481, que l´on retrouve une ère de paix et de prospérité. Dès le IXe siècle, dans une région affaiblie par de nombreuses guerres, surgissent des hommes venus du Nord, de Norvège ou du Danemark : les Vikings , les "Northmenn" que l´on appellera plus tard les Normands. Ils pillent tout sur leur passage, entraînant massacres et destructions.
L´un de leur chef, Rollon, signe avec Charles le Simple le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Il se voit ainsi octroyer ce qui correspondrait aujourd’hui à la Haute-Normandie. Il faut attendre 924 pour que le Bessin devienne également Normand. Rollon, qui avait épousé Popa, fille du comte Béranger, gouverneur de Bayeux, devient alors le 1er Duc de Normandie. Le plus célèbre d´entre eux, Guillaume le Conquérant , voit le jour à Falaise en 1027 et devient Roi d´Angleterre, après la bataille d´Hastings en 1066.

 

Bayeux et la Tapisserie de la Reine Mathilde :
Bayeux, capitale du Bessin, totalement épargnée lors des combats de 1944, présente un exceptionnel patrimoine architectural et de nombreux musées autour des thèmes de la porcelaine, de la dentelle et de Guillaume le Conquérant.
La cathédrale de Bayeux, dédicacée en 1077 en présence de Guillaume le Conquérant, incendiée en 1105 puis reconstruite et agrandie entre le XIIe et le XVe siècle, constitue un magnifique exemple du style gothique normand.
La Tapisserie de Bayeux, remarquable broderie du XIe siècle, vous fait revivre toute l´épopée de la Conquête de l´Angleterre par Guillaume en 1066. Centre Guillaume le Conquérant, rue de Nesmond. Tél. : 02 31 51 25 50.
Le circuit du Vieux Bayeux vous permet de découvrir en toute liberté le centre ancien médiéval de la ville grâce aux 21 bornes explicatives qui jalonnent le parcours.


La guerre de Cent Ans est une période tourmentée durant laquelle se succèdent, à partir de 1337, épisodes troubles et intervalles pacifiques. La reconquête définitive est marquée par la bataille de Formigny en 1450 où les Anglais sont contraints d´abandonner la Normandie à la France. Dès lors, le Bessin bénéficie d´une ère de prospérité qui se traduit par la construction de châteaux, de fermes-manoirs et par l´embellissement des églises.
Les guerres de religion (XVIe siècle) viennent troubler la quiétude du Bessin : l´expansion du protestantisme cause notamment d´importants troubles autour du château de Colombières, forteresse aux mains des Huguenots. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont plus sereins et permettent la construction ou l´extension de grandes demeures. La richesse architecturale du Bessin témoigne ainsi des aléas de l´histoire.

 

Dernier grand épisode de l´Histoire du Bessin : 6 Juin 1944, le Débarquement des forces alliées sur nos côtes qui ouvrit les portes de la Liberté.

Le Débarquement :


Période douloureuse du siècle passé, l´occupation a laissé dans la mémoire des habitants du Bessin, des souvenirs parfois pénibles. Au printemps 1944, la Normandie - et notamment les habitants du Bessin - sont dans l´attente du Débarquement. La rumeur l´annonce imminent. La nervosité des soldats allemands, qui se manifeste par une vague d´arrestations au début de cette même année, le confirme. Chaque jour des hommes sont réquisitionnés afin de fortifier le légendaire mur de l´Atlantique : le littoral se voit parsemé de batteries d´artillerie, de pieux, d´asperges de Rommel.
L´intention des Alliés est de déclencher un assaut simultané sur les différentes plages au nord de l´estuaire de la Vire jusqu´à l´estuaire de l´Orne. Pour permettre aux unités d´assaut de débarquer dans les meilleures conditions, de nombreux bombardements ont lieu la nuit précédent l´assaut. Cette colossale opération amphibie - l´opération Overlord - a exigé un an de préparatifs.

Enfin le Jour J arrive, le Bessin est au cœur du Débarquement.


A l´aube du 6 juin, d´Ouest en Est, la force d´assaut se déploie en cinq zones dont trois concernent le Bessin :
Sur la zone d´Omaha Beach débarquent les troupes américaines. Le 7 juin à midi, les 29ème et 1ère Divisions d´Infanterie US achèvent le nettoyage des secteurs de la plage d´Omaha, au prix de plus de 2 000 hommes mis hors de combat. Ces hommes s´emparent de La Cambe et de Formigny le 7 au soir. La 50ème DI britannique s´occupe de la zone de Gold Beach. Dans ce secteur, la bataille des plages est gagnée le 6 juin à midi mais aura coûté 9500 pertes. La 3ème DI canadienne concerne la zone Juno Beach. Le 6 juin au soir, la 3ème DI canadienne atteint la RN 13, mais le groupement blindé de reconnaissance doit se retirer faute de soutien.
Le 8 juin, Port-en-Bessin est libérée après deux jours de combats par le Commando n°47 des Royal Marines. Aux lendemains du Débarquement, les Alliés doivent faire face, dans certaines poches, à une âpre résistance allemande. Très vite, des équipes se chargent de construire les ports artificiels de Vierville-sur-Mer - Saint-Laurent-sur-Mer (Omaha Beach) et d´Arromanches (Gold Beach). Les troupes alliées s´enfoncent dans les terres et libèrent au fur et à mesure les villages. Isigny-sur-Mer est libérée le 9 juin mais est détruite à 60%. La concentration des troupes adverses autour de Caen a laissé le champ libre aux Alliés dans le Bessin. La première ville libérée - et libérée intacte - est Bayeux , le 7 juin. Le général de Gaulle en fera le 14 juin, et pour quelque temps, la capitale de la France libérée.
Quotidiennement arrivent des ports de Saint-Laurent-sur-Mer ou d´Arromanches des milliers de véhicules et d´hommes. Des tentes et des hôpitaux de campagne sont installés un peu partout dans les champs. À Creully, le château accueille un studio de la BBC (visitable encore aujourd’hui) tandis que le château de Creullet devient le QG du Général Montgomery jusqu´au 19 juin.
Du fait des bombardements, de nombreux bas-normands vont mourir en ces journées pourtant porteuses de paix et d´espoir…

1945 : La libération et le retour à une vie normale :

1945 sera l´année de la fin de la guerre, du déclin de l´hégémonie nazie mais aussi la découverte des crimes contre l´humanité commis par les troupes allemandes. 1945 sera aussi la première année de la reconstruction et d´un retour à une vie normale.
Alors que se poursuit la bataille de Normandie, les troupes alliées libèrent le Bessin. Au lendemain de la libération de leur village, nombre de familles espèrent voir revenir un parent prisonnier, retenu dans le cadre du STO (Service du Travail Obligatoire) en Allemagne, ou dans un camp de concentration dont on ignore tout fin 1944. En 1939, les travailleurs étrangers ne constituaient que 1% de la main d´œuvre allemande. Cinq ans plus tard, ils étaient environ 20%, soit 7 millions d´étrangers. La grande majorité avait été amenée par la force.
De même au lendemain de la libération, on s´attend au retour des soldats normands prisonniers en Allemagne depuis la débâcle de juin 1940. Or, ils ne rentreront auprès de leurs familles que courant 1945, les derniers durant l´été. Ces prisonniers de guerre ont été exploités jusqu´à épuisement dans les mines, dans les usines et sur les chantiers de construction. Logés dans des camps de prisonniers en Allemagne, ils attendaient un courrier, un colis de leur épouse, de leur mère. La nouvelle du Débarquement arrive par des rumeurs qui courent, selon lesquelles les Américains auraient foulé le sol de leur Normandie natale. A partir de cet instant, l´espoir de leur libération les aide à tenir.
Le Calvados a compté 13956 prisonniers de guerre au moment de la défaite. Entre 1940 et 1944, 3000 sont rentrés. Il reste environ 10000 prisonniers encore en Allemagne en 1945. Ceux qui rentrent après parfois 5 ans de captivité arrivent dans un département dévasté, leurs familles ont subi les bombardements, leurs biens ont disparu et pour beaucoup les études et la vie professionnelle sont compromises.
1945 est placé sous le symbole du Phœnix : les habitants du Bessin, comme ceux de toute l´Europe, doivent désormais reconstruire leur maison, leur village, leur ville afin de recouvrer une vie normale. Beaucoup de communes ont été détruites totalement ou partiellement lors des bombardements pour la libération, comme Isigny-sur-Mer ou encore Trévières. L´entraide est alors primordiale. Pour les hommes, il faut donc reconstruire mais il faut aussi réapprendre à vivre en tant qu´homme libre; pour les femmes de prisonniers il faut retrouver la vie commune avec un homme qui n´est désormais plus tout à fait le même.
La reconstruction se fait avec joie car la France est enfin libérée du joug nazi. Cependant, beaucoup de nos concitoyens attendent leurs parents longtemps avant de se faire une raison…


De nos jours, le Bessin reste très marqué par cette sombre période. De nombreux lieux gardent encore les traces de l´occupation allemande puis de celle des Alliés : le site des ports artificiels de Vierville-sur-Mer - Saint-Laurent-sur-Mer et d´Arromanches, la Pointe du Hoc, les batteries de Longues, le cimetière américain de Colleville-sur-Mer, le cimetière allemand de La Cambe et de nombreux autres cimetières alliés, divers manoirs et châteaux occupés par les Kommandantur.